Forum Alternatif Mondial de l'Eau

Conclusions et Propositions – Atelier Marseille – 16 mars 2012.

Contre les gaz / huiles de schiste et la fracturation hydraulique, construisons un mouvement international !

Réunis à Marseille ce vendredi 16 mars à l’occasion du Forum Alternatif Mondial de l’Eau, nous, activistes et militants engagés dans la lutte contre les gaz de schiste en Bulgarie, Pologne, Irlande, Allemagne, Espagne, Etats-Unis, France, etc. réaffirmons avec détermination notre opposition catégorique à toute exploitation de gaz et huiles de schiste et à toute utilisation de la fracturation hydraulique sur nos territoires.

Comme le montrent de nombreux exemples aux Etats-Unis, au Canada, en Angleterre et ailleurs, l’exploitation de gaz et huiles de schiste suscite d’innombrables pollutions chimiques et toxiques, des conséquences sanitaires sur les populations, le gaspillage d’eau potable, la destruction des  territoires, des tremblements de terre, de très importantes émissions de gaz à effets de serre. Nous n’en voulons pas, ni ici ni ailleurs, ni aujourd’hui ni demain…

Suite à nos mobilisations citoyennes, particulièrement celles des populations locales les plus concernées, la fracturation hydraulique est interdite, ou sous des formes diverses de moratoire ou restrictions, dans plusieurs centaines de lieux sur la planète.

Pour étendre ces mobilisations, nous nous engageons :

  • à renforcer notre travail de coordination européenne et internationale ;
  • à rédiger un document de positionnement commun et une pétition internationale contre la fracturation hydraulique ;
  • à convenir d’un calendrier commun ;
  • à construire une journée de mobilisation internationale commune le plus rapidement possible ;

Parmi les dates de prochaines initiatives évoquées :

  • 17 mars : Journée de mobilisations en Irlande ; Manifestation à Marseille (France) !
  • 8 avril : Trafalgar du gaz et pétrole à La Seyne-sur-Mer (France)
  • 5 mai : Journée internationale contre les sables bitumineux
  • 9 mai : Forum européen à Bruxelles

(à complèter…)

Ont contribué à la rédaction de ce document :

Geert de Cock (Food & Water Watch),  Maxime Combes (Attac France),  Vincent Espagne (collectif Plaines du Languedoc,  France),  Estelle Tardy (Collectif Causse Méjean, Lozère, France), Borislav Sandov (National civil committee against shale gas studies and exploration through hydraulic fracturing in Bulgaria,  Bulgarie),  Marta Rozmysłowicz (Collectif Syrena, Pologne), Rozenn Le Calvez (collectifs allemands contre la fracturation hydraulique, Allemagne), Susan Griffin (Fracking Free Ireland, Irlande), Samuel Martin Sosa (Ecologistas en Accion, Espagne)

Pour tout contact :

  • Geert de Cock (Food & Water Watch), gdecock@fweurope.org
  • Maxime Combes (Attac France), maxime.combes@gmail.com

1 Reponse jusqu'ici.

  1. BORG dit :

    Que le mouvement s’internationalise est formidable !

    Printemps 2011, j’exposais sur le Marché du VIGAN, 30120 FRANCE des documents canadiens, US,…Je possède encore ces documents en archives…

    Pourtant, la solution ne peut être que Politique !

    Quoiqu’en pense la plupart des membres de Collectifs !

    Actuellement, en France les élections passent les gaz de schiste en arrière plan. Elles éludent l’écologie en général :
    2 partis politiques s’expriment en faveur de l’écologie : P G, et à moindre mesure : E E L V (bien que ce dernier se perde avec le P S. Noter le retour de Mr HULOT sur les médias…)