Forum Alternatif Mondial de l'Eau

Ce mardi soir, Ydelso Hernández du Comando Unitario de Lucha de Cajamarca (Pérou), a présenté aux représentants de la Commission Inter-américaine des Droits Humains (CIDH) une demande en référé et une pétition pour une réunion sur le thème du projet minier Conga.

Notre présence à Lima a pour objectif de présenter un document devant la CIDH. Nous avons demandé une réunion de travail pour les 30 et 31 octobre à Washington où nous voulons exposer la situation actuelle à Cajamarca, et raconter tous les abus des forces de l´ordre qui harcèlent les paysans ronderos”, a précisé Hernández.

De son côté, l´avocate Zulma Villa, de l´Instituto Internacional de Derecho y Sociedad (IIDS), les accompagnait en sa qualité de conseillère des personnes concernées par ce conflit socio-environnemental lié à un projet minier qui détruirait un ensemble de lacs, rivières, sources et bocages.

Les rondas paysannes défendent leurs droits face aux intérêts économiques imposés par l´entreprise minière Yanacocha. En temps que IIDS, nous soutenons les rondas paysannes depuis longtemps”, a indiqué l´avocate Zulma Villa.

Elle a donné des détails sur la stratégie dans ce litige international: “Notre objectif est de renforcer le collectif. Les rondas paysannes ont fourni à la CIDH des informations actualisées. C´est important que cette instance internationale soit informée de toutes les exactions contre les paysans des communautés”, a-t-elle dit.

De son côté, la vice-présidente de l’IIDS, Raquel Yrigoyen, a confirmé que le cas Conga a déjà été soumis à la CIDH. “La pétition et la demande en référé ont déjà été présentées. L´admissibilité tarde un peu mais dans la prochaine session le CIDH peut évaluer la demande”.

Elle a aussi indiqué que le cas pourrait aussi être porté devant la Cour Inter-américaine des Droits Humains (Corte-IDH). Elle a ajouté “Conga peut aussi être présenté à la Cour mais pour cela la CIDH doit d´abord déclarer formellement l´admissibilité”.

Comme nous le savons, depuis le 8 octobre des milliers de paysans ronderos de Bambamarca et Celendín campent dans la zone des lacs proches du projet minier Conga de Yanacocha. Mardi matin, près de 400 policiers de DINOES (CRS) encerclent les ronderos qui craignent de possibles affrontements.

Categories: Histoires d'Eau

1 Reponse jusqu'ici.

  1. Richard dit :

    Je soutiens cette démarche de défense des droits de l’homme, l’accès à une eau de qualité étant mises en cause par les abus de firmes minières qui jouissent de l’appui de la force publique pour commettre des exactions contre les femmes et les hommes qui résisten et défendent tout simplement leurs droits