Forum Alternatif Mondial de l'Eau

Bien que la communauté de Caimanes  au Chili soit sortie victorieuse d’un procès engagé par la compagnie minière Los Pelambres (MLP), filiale du groupe ANTOFAGASTA MINERALS PLC, contre le dirigeant du « comité de Défense personnel » de Caimanes et les avocats de la communauté, rien n’a été résolu dans le village. La situation de l’eau est de plus en plus critique : l’assèchement du puits qui pourvoyait le village en eau potable a rendu nécessaire un intense approvisionnement en eau depuis l’extérieur. Par ailleurs, le forage de nouveaux puits, de plus en plus profonds, loin d’apporter un soulagement, menace plus encore la santé des habitants car ce sont les nappes phréatiques profondes qui sont contaminées (lire la communauté de Caimanes continue d’être mise en danger).

La Multinationale n’en continue pas moins de nier en bloc toute incidence de la construction de son immense réservoir de déchets miniers, à 8km en amont du village. Lors de son AG annuelle à Londres le 12 juin 2013, alors que des militants de London Mining Network tentaient d’obtenir des réponses quant à la dangerosité du projet, ses conséquences sur l’eau, les violations des droits des habitants par l’entreprise et ses pratiques de criminalisation sociale, les dirigeants de l’entreprise n’ont apporté aucune réponse sérieuse aux questions de ces citoyens solidaires avec Caimanes. La conversation a pris la tournure d’un dialogue de sourds.

Dans un document vidéo tourné à l’issue de l’AG, des actionnaires et dirigeants de la multinationale se prononcent sur la situation du village de Caimanes, à 200km au nord de Santiago au Chili, directement affecté par leurs investissements.

Si actionnaires et responsables de Antofagasta Minerals refusent de reconnaître ou n’ont pas conscience des conséquences locales des activités de l’entreprise, deux nouvelles victoires juridiques montrent que la Justice chilienne commence à se prononcer sur les dangers et les abus commis par
Antofagasta Minerals PLC :

  • La Cour Suprême vient de reconnaître le danger encouru par les habitants de Caimanes et le risque que des milliards de tonnes des déchets toxiques comprimés dans le réservoir se déverse sur eux en cas de séisme ensevelissant le village tout entier. Elle exige la mise en place d’un plan d’évacuation.
  • La Superintendance de l’environnement interpelle la multinationale sur la violation des accords concernant le patrimoine archéologique auxquels elle sétait engagé au terme de l’étude impact environnemental.

Et sur place, à Caimanes, le ras-le-bol des habitants s’exprime par un refus affiché des bonnes œuvres de MLP, qui ne visent qu’à masquer les vrais problèmes et à acheter les volontés au lieu d’être à l’écoute des villageois et de veiller à leur sécurité dans un contexte où c’est précisément le groupe minier les a mis en danger (lire la dignitad de un pueblo contra la infamia de la familia Luksik).

Categories: Videos

Comments are closed.