Forum Alternatif Mondial de l'Eau

L’ ex président du Pérou, Alan García, a signé en juin 2010 un accord hydro-énergétique avec le Brésil. Celui-ci prévoit la construction d’une série de méga barrages sur plusieurs fleuves, en particulier sur le Marañon, affluent de l’Amazone. Ces mega barrages vont déplacer des milliers de personnes. M. Alan García, 3 mois avant de quitter le pouvoir et avec le Decreto Supremo 020-02011-EM déclare d’intérêt national et social la construction de 20 centrales hydroélectriques sur le fleuve Marañón.  Les projets les plus avancés sont Chadín 2 et Cumba 4, les deux se situant dans la région de Cajamarca. Ce sont des concessions attribuées à l’entreprise transnationale brésilienne Odebrecht. Celle-ci est responsable de la construction de la première étape du projet minier Conga pour un montant de plus de 500 millions de dollars.

Le méga projet Chadin produira 600 MW, aura un coût de 819 millions de dollars et des conséquences négatives sur 21 communautés. Le projet prévoit la construction d’un barrage de 175 mètres de hauteur et un mur de rétention de 196 mille m3 d’eau. Plusieurs communautés disparaîtront comme Choropampa, San Lucas, Tupén Grande, Tupén Chico, la Mushca, Mendán et leurs territoires respectifs dédiés à l’agriculture et à la pêche ainsi que des espèces animales protégées comme l’ours a lunettes et la très riche flore et faune amazonienne. L’eau stagnante provoquera l’augmentation d’émission de CO2 et surtout du gaz méthane, gaz qui retient  25 fois la chaleur plus que le CO2. Ces deux gaz favorisent le rechauffement climatique. De plus, les cours d’eau des affluents et de l’Amazone seront touchés. Les poissons ne pourront plus remonter les cours d’eau pour se reproduire et finiront par disparaître; il causera des inondations et entraînera la déforestation.

Lire la suite sur le site de ALDEAH

Categories: Histoires d'Eau

Comments are closed.