Forum Alternatif Mondial de l'Eau

La Coalition Tunisienne pour la justice climatique, environnementale et sociale soutient la campagne

Stop pollution à Gabès

Stop pollution à Gabès

Toutes et tous à Gabès le 30 juin 2017

Surnommé dans le temps « le paradis sur terre » en raison de son oasis littorale exceptionnelle, Gabès souffre depuis 45 ans de crimes contre l’environnement. C’est en 1972 que la tragédie commence pour ses habitants avec l’arrivée d’une des plus grandes zones industrielles chimiques d’Afrique. Gabes, ou « le paradis perdu », a vu son golfe qui autrefois était une des plus grandes pépinières marines en Méditerranée, se désertifiait d’année en année en raison des activités chimiques de transformation du phosphate qui déversent jusqu’à vingt mille tonnes par jour de déchets radioactifs, soit 7 millions de tonnes de phosphogypses par an. L’épuisement des nappes phréatiques générées par les besoins en eau des activités industrielles ont asséché l’oasis, un symbole aujourd’hui menacé d’extinction. Les gaz polluants affectent gravement la santé des habitants atteints de nombreux cancers et de maladies respiratoires, en particulier dans les zones d’habitation de Bouchema et de Chott Essalem, les plus proches du Groupe Chimique Tunisien et comprenant plus de cinquante mille habitants.

Toutes ces violations et leurs effets ont causé d’une part la dégradation voire la disparition de nombreux secteurs comme l’agriculture, la pêche et le tourisme et d’autre part, la détérioration de la situation sanitaire.

Tous ces crimes ont été réalisés sous couverture politique, le Groupe chimique tunisien étant une société publique. S’est ainsi appliqué un régime répressif aux militants qui défendaient l’environnement.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement (5 Juin), un groupe de jeunes militants a décidé en 2012 de former un mouvement sous le nom de « Stop pollution, Nous voulons vivre » afin créer une dynamique nouvelle, ayant vocation à sensibiliser aux niveaux local, national et international, ainsi qu’à organiser la mobilisation sur le terrain pour faire pression sur les décideurs afin qu’ils trouvent une solution radicale.

Cette année 2017 est importante pour Gabès dans la mesure où la date du 30 juin a été fixé par les autorités pour apporter une solution au déversement des phosphogypses dans la mer. L’échéance se rapprochant peu à peu, il est nécessaire d’intensifier la pression et de rejoindre le mouvement pour faire du 30 juin, une date de mobilisation populaire qui imposera cette décision.

C’est pour cela, que nous appelons tous les militants écologistes dans le monde à nous soutenir :

  • par un communiqué de soutien pour exiger le retrait des unités polluantes de Gabes
  • en réalisant une vidéo de moins de trois minutes pour exprimer sa solidarité avec les habitants et condamner ces crimes.

Salutations à tous ceux qui luttent contre les politiques polluantes en Tunisie et dans le monde et pour un monde exempt de pollution.

Stop Pollution, Sauvez Gabès

Categories: Histoires d'Eau

Comments are closed.