Forum Alternatif Mondial de l'Eau

Yajiang (Chine) – C’est une Grande muraille de béton qui prend forme dans les montagnes boisées du sud-ouest de la Chine. Mais ce barrage géant, censé aider à lutter contre le réchauffement climatique, est un choc pour la nature et la population tibétaine des environs.

Le colossal chantier situé à Lianghekou, dans la province du Sichuan, avale trois rivières. Lorsqu’il sera achevé en 2023, cet ouvrage de 295 mètres, presque aussi haut que la tour Eiffel, sera le troisième barrage hydraulique du monde par la hauteur, avec une puissance de 3.000 mégawatts.

Mais pour ceux qui habitent en amont, l’édifice est surtout synonyme d’engloutissement de maisons, monastères bouddhistes, terres fertiles et montagnes sacrées.

Pékin construit des barrages à tour de bras dans les régions de l’ouest de la Chine, peuplées notamment de Tibétains, avec l’ambition de réduire sa dépendance au charbon, énergie fossile dont la consommation massive a fait du pays le premier pollueur mondial. La Chine produit environ 24% des rejets mondiaux de CO2.

Le pays a ratifié en septembre l’accord mondial sur le climat conclu à Paris fin 2015 et s’est engagé à limiter ses émissions de gaz à effet de serre, à l’heure où il tire encore l’essentiel de son électricité du charbon.

Lire la suite sur le site de R(o)mandie

Categories: Dans la presse

Comments are closed.