Forum Alternatif Mondial de l'Eau

Plus de sécheresses et d’inondations, et une alternance plus rapide entre les deux extrêmes: si les émissions mondiales de CO2 continuent d’augmenter, la Californie pourrait subir d’ici 2100 un climat plus «volatil» mettant à l’épreuve ses infrastructures, selon une étude publiée lundi.

Avec son climat méditerranéen, l’État américain est sujet à un passage rapide entre sécheresses et inondations, comme en témoigne son histoire.

La sécheresse record de 2012-2016, avec son lot d’incendies ravageurs, avait ainsi laissé place pendant l’hiver 2016-2017 à d’importantes précipitations entrainant des inondations dévastatrices et même l’évacuation de dizaines de milliers de personnes menacées par un barrage endommagé.

Mais si rien n’est fait pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, ces événements météorologiques extrêmes risquent de s’enchaîner plus rapidement, prévient l’étude publiée dans la revue Nature Climate Change.

Ainsi, dans ce scénario catastrophe d’augmentation radicale de la température, les épisodes de pluies diluviennes comparables à celles de l’hiver 2016-2017 risquent d’être multipliés par deux ou trois d’ici la fin du siècle.

Lire la suite de l’article sur le site web de La Presse

Categories: Dans la presse

Laisser un commentaire