Forum Alternatif Mondial de l'Eau

1. Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau est un espace de rencontre ouvert visant à approfondir la réflexion, le débat d’idées démocratique, la formulation de propositions, l’échange en toute liberté d’expériences, et l’articulation en vue d’actions efficaces, d’instances et de mouvements de la société civile qui s’opposent à l’exploitation des ressources en eau dans une logique de profit par les sociétés capitalistes, mais aussi quelquefois publiques, et militent pour une gestion écologique, sociale et citoyenne de ces ressources, leur préservation et leur juste répartition entre les différents usages.

2. Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau réunit et articule des instances et mouvements de la société civile de tous les pays du monde, mais ne prétend pas représenter tous ceux qui luttent pour la préservation de la ressource en eau et sa gestion écologique et citoyenne.

3. Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau se situe dans le processus des Forum Sociaux Mondiaux en ce sens qu’il encourage les instances et mouvements qui y participent à agir au niveau local ou national en cherchant à prendre une part active dans les instances internationales, introduisant dans l’agenda mondial les pratiques transformatrices qu’ils expérimentent dans la construction d’un autre monde.

4. Les alternatives proposées au Forum Alternatif Mondial de l’Eau s’opposent à un processus de mondialisation capitaliste des services de l’Eau et de l’Assainissement, commandé par les grandes entreprises multinationales et les gouvernements et institutions internationales au service de leurs intérêts comme le Forum Mondial de l’Eau. Elles visent à obtenir :

  • La reconnaissance que l’Eau est un bien commun de l’Humanité, vital pour tous les êtres vivants, et pas une marchandise,
  • L’inscription dans les constitutions nationales du droit d’accès pour tous à l’eau potable et à l’assainissement, comme “droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme”, en accord avec la Déclaration de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 29/7/2010,
  • La gestion et la protection publiques et participatives des ressources en eau contre les pollutions agricoles, industrielles et médicamenteuses et la surexploitation,
  • La répartition concertée et démocratique de ces ressources entre les différents usages de l’eau : alimentation des populations, agriculture, industrie, préservation de la biodiversité,
  • La réalisation ou la réhabilitation par la Puissance Publique des infrastructures nécessaires partout, et pas seulement là où c’est rentable, pour des services d’alimentation en eau et d’assainissement performants et démocratiquement gérés, dans le respect des normes de qualité et de protection de l’environnement,
  • La mise en place d’une tarification progressive de l’eau potable domestique, rendant réellement accessible l’usage en pénalisant l’abus, et excluant toute rémunération du capital investi,
  • La promotion des alternatives de techniques écologique de production d’eau et d’assainissement (récupération d’eau de pluie, recyclage des eaux usées, lagunage, récupération de l’humidité dans l’air, de la rosée du matin, pompage manuel, à énergie solaire,…) en privilégiant les solutions non brevetables,
  • L’anticipation des effets du réchauffement climatique : inondations, sécheresse, salinisation de l’eau douce, en développant la résilience des écosystèmes et des sols.

5. Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau de Marseille en 2012 sera une manifestation située dans le temps et l’espace. Mais, avec la certitude proclamée à Porto Alegre qu’“un autre monde est possible”, le Forum Alternatif Mondial de l’Eau est un processus permanent de recherche et d’élaboration d’alternatives, qui ne se réduit pas aux seules manifestations sur lesquelles il s’appuie.

6. Aucune organisation participant au Forum Alternatif Mondial de l’Eau ne sera autorisée à exprimer au nom du Forum des positions qui n’auront pas été adoptées par tous les participants. Les instances – ou ensembles d’instances – qui prennent part aux rencontres du Forum pourront délibérer en toute liberté durant celles-ci sur des déclarations et des actions quelles ont décidé de mener, seules ou en coordination avec d’autres participants. Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau s’engage à diffuser largement ces décisions par les moyens à sa portée, sans imposer d’orientations, de hiérarchies, de censures et de restrictions, mais en tant que délibérations des instances – ou ensembles d’instances – qui les auront assumées.

7. Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau est un espace pluriel et diversifié, non confessionnel, non gouvernemental et non partisan, qui articule de façon décentralisée, en réseau, des instances et mouvements engagés dans des actions concrètes, au niveau local ou international, visant à bâtir des alternatives pour défendre les ressources en eau et leur gestion écologique, publique et participative.

8. Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau sera toujours un espace ouvert au pluralisme et à la diversité des engagements et actions d’instances et de mouvements qui décident d’y prendre part, comme à la pluralité des sexes, ethnies, cultures, générations et capacités physiques, dans la mesure où ils respectent la présente Charte. Ne pourront participer au Forum en tant que tels les états et gouvernements, les organisations militaires, les institutions du gouvernement mondial de l’économie (Fonds Monétaire International, Banque Mondiale, Organisation Mondiale du Commerce, etc.) ainsi que les représentants diplomatiques ou les partis politiques en tant que tels. Pourront y participer, à titre personnel, les membres des gouvernements, des assemblées élues ou des partis politiques en tant que tels qui assument les engagements de la présente Charte.